THÉMA-LOGIQUEMENT accueil

Ces textes ont été écrits au fil de ma pratique, à chaque évolution un paragraphe est venu se rajouter à un corpus de départ.


DONNER UN CORPS
J’ai une attirance pour l’image et la représentation. Souvent j’aime dire «faire image». Mais une fois que je me retrouve avec l’image faite, je suis tourmentée par le corps que je vais lui donner.

_ LE MARIAGE DE LA CARPE ET DU LAPIN 1996 __ ÉCONOMIE 2001 _
_ LA FRONTERA 2001 __ FOR INTÉRIEUR 1998-2000 _


MISE EN SCÈNE
Si l'image photographique est chez moi l'objet d'une mise en scène elle en est aussi le résultat.
«C'est quoi ?» est la question qui m'est le plus posée.

_ MASQUES 1992 __ APRÈS L'ORAGE 1999 __ DIX FAUVES 1995 _


PROCESSUS
Ces mises en scène sont plutôt minimales, elles sont toujours l'objet d'un processus, même s'il n'est pas nommé ou visible. En cela, je suis l'héritière des années 70 (le processus), en même temps que la petite-fille des surréalistes (l'invisible).

_ MINÉRALISATIONS 1993 __ TOUT SEINPLEMENT 2000 __ REMOUS 2002 __ VOYAGER EN PHOTOGRAPHIE-PREMIER VOYAGE 2004


NOIR ET BLANC
Suivant les œuvres on m'assimile à ces mouvements, certainement la photographie noir et blanc y est pour quelque chose… Elle date… Mais j'y tiens car il me faut maîtriser le processus jusqu'au bout de la chaîne de fabrication. Je suis ainsi à la première place pour saisir ces chers accidents qui sont pour moi le sel de l'affaire.

_ LACTANCE 2000 _


INDICE
Quand je passais mon DNSEP (Diplôme national supérieur d'expression plastique), le jury essaya vainement de me faire prononcer ce mot. Je ne leur ne parlais que de révélation. Cependant l'empreinte est une constante dans mon parcours, empreinte sur ma peau dermographe, photogramme, et moulage.

_ NOLI ME TANGERE 1992 __ SINUOSITÉ 1993 _



PHOTOGRAPHIE/SCULPTURE
Quand vient le jour où je ne supporte plus la minceur de l'image, le noir du laboratoire et pour finir cet écran, je travaille alors le plâtre, une matière que j'aime beaucoup. Je l'associe à la paraffine, coulant des empreintes dans d'autres. Je passe du noir sur blanc, au blanc sur blanc.

_ DOUX-DOS 2001 __ SANS TITRE 2005


ABSTRACTION
Le passage au plâtre, je m'en rend compte, vient au bout d'un cheminement cyclique qui va d'une production très imagée à un désir d'abstraction où on reconnaît à peine le référent.

_ SINUOSITÉ 1993 __ L'OISEAU, L'ARBRE ET LE RUISSEAU 1999 _


PHOTOGRAPHIE DANS LE PAYSAGE
Autres tentatives sculpturales : celles de déplacer la photographie à l'extérieur, dehors dans le paysage… investir l'espace publique, pour un public qui n'est pas averti, averti que ce trouve là autre chose, surprendre.

_ LES YEUX 1991 __ MIROIRS AUX ALOUETTES 1992 __ LE REPOSOIR 2020_


PAYSAGE DANS LA PHOTOGRAPHIE
C'est l'inverse qui se produit : j'ai fait entrer le paysage dans la photographie, voir, la photographie est devenue un paysage où voyager.

_ J'AI LE REGRET DE LA COULEUR 2000 __ PAYS-SAGES 2001 __ ÉCHO 2002 _


VOYAGER EN PHOTOGRAPHIE
Voyager en photographie est le terme générique de séries photographiques qui marquent l'arrivée d'un nouvel outil, le numérique, et qui vient répondre à une nécessité pour moi de travailler à flux plus tendu, c'est à dire vite, dans l'espace-temps-libre qu'il me reste.
L'écran est entré dans ma vie et dans ma vision, zoomer dans l'image, s'y déplacer, c'est cela que j'appelle : voyager en photographie.
Le premier voyage est un brin nostalgique et se fait sur les scans de négatifs noir et blanc.
Le deuxième voyage interroge plus directement le rapport à l'image mouvante, le temps du regard. L'escargot, animal tactile, en est l'unique héros. Dans ce nouveau champ la couleur et la picturalité sont à l'honneur. «On n'y voit rien» - en référence au texte de l'historien de l'art Daniel Arasse - est le sous-titre ce deuxième voyage.

_VOYAGER EN PHOTOGRAPHIE : PREMIER VOYAGE 2004__DEUXIÈME VOYAGE EN PHOTOGRAPHIE 2005_


SE MOUVOIR, S'ÉMOUVOIR
Dans le troisième voyage, les images défilent, paysages de ville et de campagne, pris de train, de voiture…
Hippomène et Atalante - dont le dessin est emprunté au tableau de Guido Reni grand peintre baroque - bondissant de séquences en séquences, se superposent dans leur course à cette trame paysagère.
ici se dessine un nouveau thème celui du passage entre la ville et la campagne.

_TROISIÈME VOYAGE EN PHOTOGRAPHIE 2006_


DE LÀ OÙ JE SUIS
C'est le nom d'une série qui s'est terminée en mars 2009 et qui coure sur un an, c'est un hommage et un adieu à un point de vue, celui de la fenêtre de mon atelier.
Dans la répétition et la différence le paysage gagne en détail en profondeur.

_DE LÀ OÙ JE SUIS 2008-2009_


LE TEMPS COMME PERSPECTIVE
Exercice photographique minimum, 1 image/semaine, ce carnet de croquis mis en ligne depuis 2008, est devenu une sorte de journal où je peux observer les fluctuations de mes intérêts et prendre conscience des motifs, figures, naissants.
C'est dans ce dépôt que je viens chercher souvent les matériaux pour co-construire NEXOS.

_1 IMAGE/SEMAINE_


NEXOS, ATELIER PARTAGÉ
Correspondance photographique commencée en 2011 avec Encarna Ruiz-Cuerva, sur un blog, cette expérimentation dont les règles du jeu sont simples (une photo d'intérieur répond à une photo d'extérieur) prend corps dans des micro-éditions successives à partager.

_Nexos 2011, OÙ ES-TU?¿DÓNDE ESTÁS?__Nexos 2013, OÙ ES-TU?¿DÓNDE ESTÁS?


L'ESPRIT DES LIEUX
Attentive à l'esprit des lieux, ceux-ci génèrent un dialogue imaginaire fertile; certaines œuvres restées en suspens trouvent leur clou d'accroche, d'autres trouvent leur format, pour habiter galerie, maison particulière, jardin, chapelle…

Diffractis au jardin #5__chapelle Saint-Loup__Maison Felix Arnaudin__Open eyes Open doors


NATURE MORTE
Jeter sur le tas et obtenir parfois une composition - une vraie nature morte.
Geste des champs / geste des villes, jeter c’est aussi trier, ou ne pas trier.
Aux photographies sur le motif (mon tas de compost), des photos d’observation prises au fil du temps viennent en contre-point, s’agréger en récit.

Des compositions 2019_




retour